Comment savoir si Dieu m’appelle ?

En tant qu’homme ou femme, nous avons tous une vocation naturelle au mariage. Cependant, Dieu appelle certains à renoncer à ce grand bien pour se donner à Lui de façon plus particulière, dans le sacerdoce ou la vie consacrée masculine ou féminine.

La question n’est donc pas : « Est-ce que Dieu m’appelle au mariage ou bien à la vie consacrée ? » mais plutôt : « Est-ce que Dieu m’appelle à la vie consacrée ? ». Cet appel n’est pas extérieur à moi, comme si les cieux se déchiraient et qu’une voix me disait : « Je t’appelle à devenir prêtre ! ». Non ! L’appel de Dieu s’exprime dans mon cœur – par exemple sous la forme d’un désir profond – et suscite en moi la joie. Discerner, c’est donc écouter la voix de Dieu au cœur de mon désir de L’aimer, de Le servir et d’aimer et servir mes frères. La reconnaissance d’un appel à la consécration de mon être à Dieu se fait ainsi dans un « dialogue ineffable » avec Dieu (Jean-Paul II).

Cet appel reste le mystère du cœur de Dieu : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisi. » Jean 15, 16.

Au fond, discerner l’appel de Dieu, c’est approfondir une histoire d’amour, dans un cœur-à-cœur avec ce Dieu dont je me sais aimé…

« Chers jeunes, pour découvrir et suivre fidèlement la forme de vie à laquelle le Seigneur appelle chacun, il est indispensable de demeurer dans son amour comme des amis. Or, comment se conserve l’amitié sinon par la fréquence des rencontres, la conversation, le fait d’être ensemble et de partager les joies et les peines ? Sainte Thérèse de Jésus disait que la prière consistait à « une relation intime d’amitié où l’on parle souvent seul à seul avec Celui dont nous savons qu’Il nous aime » (cf. Libro de la vida, 8). »

Benoit XVI, JMJ 2011, Madrid.

Evènements à venir

UNE QUESTION ?   UN RENSEIGNEMENT ? 

VOCATION

« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisi. » Jean 15, 16.